Ecoutez notre Podcast sur Anomia en cliquant ici



Le Legal Design améliore l’expérience de tous les acteurs de la justice et notamment des magistrats, des avocats et de leurs clients. Les avocats ont à portée de main un nouveau mode de pensée qui, non seulement va améliorer la collaboration avec les autres acteurs du droit, mais va également leur permettre de gagner en persuasion pour la défense de leurs clients.

Découvrez comment dans cet article publié dans la revue de l’ACE de mai 2022 : article revue ACE mai 2022 – Nous pouvons améliorer l’expérience de tous les acteurs de la justice

Bonjour ! Pouvez-vous vous présenter en quelques mots ?

Je m’appelle Sophie Lapisardi, je dirige le cabinet Lapisardi Avocats, dédié au droit public des affaires avec une dominante contrats publics.

Je dirige également Lexclair qui est un organisme qui forme les professionnels du droit au Legal Design.

Je pratique d’ailleurs le Legal Design au quotidien. Ce mode de pensée permet de communiquer l’information juridique de manière claire, engageante, et impactante et de créer des outils et services innovants pour mes clients.

PARCOURS ACADÉMIQUE
Votre parcours est entièrement tourné vers le droit public. Pourquoi avoir choisi cette noble discipline ?

J’ai eu la chance de découvrir et d’apprendre le droit public grâce à un professeur incroyable ; Monsieur Gilles Darcy. Il m’a transmis sa passion. J’aime la particularité de ce droit, de ses acteurs et de ses juridictions.

Pourquoi avoir choisi d’intégrer le Master 2 Contentieux public ? Que vous a-t-il apporté ?

Alors que j’étais en maîtrise, j’ai rencontré des étudiants du DESS qui terminaient leur année. Leur enthousiasme pour les matières enseignées m’a attirée. L’intitulé du DESS a fait le reste :
j’apprécie tout particulièrement le contentieux.

Je n’ai pas été déçue : cette année a été très enrichissante. J’y ai acquis des bases solides sur les techniques contentieuses et ce, dans de nombreux domaines en droit public.

Avez-vous effectué un stage au cours de cette année de Master 2 ? Où ?

À cette époque, la durée du stage était de 2 mois. Je l’ai réalisé au sein du cabinet d’avocats aux Conseils Lyon-Caen, Fabiani, Thiriez. Ce stage a été une formidable opportunité pour 3 raisons :

Mon premier dossier a d’abord été une révélation : je voulais assurément être avocat ! aucun doute là-dessus. Ensuite, j’ai bénéficié d’une formation solide et exigeante avec Me Arnaud Lyon-Caen et Frédéric Thiriez ; j’ai beaucoup appris sur les techniques rédactionnelles et la stratégie contentieuse. Enfin, parce qu’à la fin de mon stage j’ai été recrutée en qualité de juriste et j’ai ainsi pu préparer l’examen d’entrée au CRFPA, puis le CAPA, tout en travaillant déjà sur des dossiers de conseil et de contentieux.

Quels sont vos meilleurs souvenirs ? Regrettez-vous certains choix ?

Je n’ai aucun regret : j’aime ce que je fais et je suis là où je voulais être. J’ai beaucoup fonctionné à l’instinct et je pense que cela m’a réussi.

Mais je pense que j’aurais pu aller plus vite sur certains points si j’avais pu bénéficier

d’enseignements sur les softs skills. De bonnes bases en droit sont essentielles mais ça ne suffit pas dans la « vraie vie » d’un avocat. Il faut savoir gérer un cabinet, le développer, manager une équipe, et communiquer avec des non-juristes. Ce dernier point est important à souligner, parce que lors de nos études, on nous apprend à communiquer entre experts, mais rien n’est dit sur l’empathie, la créativité ou l’innovation.

Par ailleurs, ce n’est pas un regret, mais j’aurais aimé pouvoir réaliser un stage en juridiction lors de mes études. Je pense que ce devrait être obligatoire pour tous les futurs avocats.

Quant à mes meilleurs souvenirs, j’en ai beaucoup et régulièrement. Par exemple, de beaux référés précontractuels sur des dossiers à fort enjeu alors que je n’avais pas 30 ans. Contrairement, à ce que beaucoup de privatistes pensent, on plaide en référé devant le juge administratif et les audiences durent parfois 2 à 3 heures !

Quels conseils pourriez-vous donner aux étudiants qui vous lisent ?

Le premier c’est de sortir régulièrement du milieu juridique ; s’ouvrir à d’autres secteurs. Dans ses loisirs, ses relations amicales mais aussi pour s’intéresser à d’autres matières, telles que la gestion d’une entreprise, le marketing, ou encore le design… Comme partout, il faut sortir de son domaine de compétences pour s’enrichir ; il faut observer, être curieux et écouter.

Le second : apprendre à travailler de manière efficiente. Notre temps n’est pas illimité et notre temps de travail ne doit pas l’être. Pour cela, il faut notamment (ré)apprendre à se concentrer. A ce tire, voici un petit conseil de lecture : Deep work, de Cal Newport.

Plus spécifiquement, quels conseils pourriez-vous donner aux étudiant(e)s qui se destinent à passer prochainement l’examen d’entrée au CRFPA ?

Les mêmes conseils que ceux évoqués juste avant mais également celui de s’intéresser à l’actualité. Il faut constamment se poser la question de la place du droit dans un monde qui évolue. Il n’y a jamais eu autant de besoin de droit : crise sanitaire (quelles conséquences sur mon activité professionnelle ?), guerre en Ukraine (en marchés publics, quelles conséquences aura-t-elle pour nos clients ?)…

Par ailleurs, je leur recommande de s’intéresser au développement personnel et de développer leurs soft skills.

Enfin, il est important de varier ses stages : en cabinets d’avocats (de différente taille), juridictions, entreprises.

CARRIÈRE PROFESSIONNELLE

Pourquoi avez-vous décidé de devenir avocat ? Qu’est-ce qui vous intéresse le plus dans ce métier ?

Au départ c’était clairement le contentieux. J’aime cet exercice et la défense des intérêts de mes clients devant les juridictions. Puis, j’ai rapidement découvert le conseil, la négociation et la formation qui m’apportent aujourd’hui tout autant de satisfaction.

J’aime ce métier pour 2 raisons :

  • La diversité : Je pratique le conseil, dont de la rédaction de contrat, le contentieux, la négociation, le règlement amiable des litiges, la formation, pour des acteurs publics et privés, dans de nombreux secteurs d’activité (BTP, infrastructures, mobilité, loisirs…). Je ne m’ennuie jamais, j’apprends tous les jours.
  • La liberté : celle de choisir ma manière de pratiquer le droit au quotidien avec les techniques de Legal Design, de choisir aussi mes clients, mes dossiers, mes domaines d’intervention et de maîtriser (autant que possible !) mon emploi du temps.

Vous avez prêté serment en 2000, et êtes devenue avocat associé au cabinet Barraquand Lapisardi dès 2001. Pourquoi avez-vous choisi de vous associer aussi rapidement ? Est-ce aisé ? Pouvez-vous nous expliquer, d’une manière concrète, en quoi consistait votre poste en tant qu’avocat associé ?

 

Après mon expérience au cabinet Lyon-Caen et Thiriez, j’ai souhaité intégrer un cabinet d’avocats à la Cour pour 2 raisons : (i) pour être au plus près des clients, juristes ou non (ii) pour traiter des dossiers de contrats publics.  J’ai rejoint une consœur, ancienne Directrice juridique dans un groupe de BTP, devenue avocat.  Après un an de collaboration je suis devenue associée. Le Cabinet BARRAQUAND LAPISARDI (BL AVOCATS) était dédié au droit public des affaires avec une forte dominante contrats publics.

Cette association a été une opportunité et un deal gagnant-gagnant pour nous 2.

À l’époque, je pense que je ne mesurais pas les conséquences d’être associée. Pendant ma formation à l’école des avocats, « l’avocat entrepreneur » était un grand absent. J’ai appris sur le tas comment gérer une entreprise, manager une équipe, et développer une clientèle. Ce n’était pas de tout repos mais c’était passionnant.

 

En 2016, vous avez créé votre cabinet Lapisardi Avocats. Pourquoi avez-vous choisi d’ouvrir votre propre cabinet ?

 

En 2015, j’ai senti que les attentes de mes clients avaient évolué. Ils me demandaient d’aller encore plus loin pour communiquer l’information juridique. J’ai trouvé des solutions en sortant du milieu juridique ; j’ai découvert les techniques de visualisation de l’information, le design thinking, j’ai lu beaucoup d’ouvrages dans le domaine des sciences cognitives, du marketing, de la communication etc.

J’ai mis en application tout ce qui me paraissait efficace pour mon activité avec des retours très positifs et encourageants de mes clients.

Très vite, je me suis aperçue que c’est la vision même de ma pratique qui avait évolué. Cela impliquait des modifications structurantes. J’avais besoin d’un nouveau véhicule (un cabinet) et d’une équipe dont tous les membres partageaient cette vision. C’est ainsi que j’ai créé LAPISARDI AVOCATS.

 

Pouvez-vous nous expliquer le fonctionnement de votre cabinet ? Comment avez-vous choisi vos collaborateurs ?

 

La configuration actuelle est la suivante : je suis la seule associée et je collabore avec deux avocats (un senior et un junior) et un élève-avocat ou un stagiaire.

Les missions sont réparties en fonction de la complexité des dossiers, en sachant que la formation est au cœur de notre fonctionnement interne.

Tous les membres de l’équipe pratiquent le conseil, le contentieux, la formation pour nos clients publics ou privés.

Je choisis mes collaborateurs sur des critères techniques bien sûr, mais aussi sur leurs capacités à développer leurs soft skills, sur leur ouverture d’esprit et leur curiosité. Le plus souvent possible je privilégie des recrutements après un stage.

 

Votre cabinet se différencie par une vision novatrice du droit, notamment à travers la mise en pratique du legal design et le développement de soft skills. Pourriez-vous nous expliquer en quoi cela consiste-t-il ? Comment ces pratiques influencent-t-elles votre profession ?

 

Au sein de mon cabinet, tout ce que nous faisons est pensé selon le mode de pensée du legal design, du simple mail jusqu’aux consultations, écrits contentieux, contrats, guides et formations etc.

Nous utilisons 3 méthodologies structurantes : le design thinking, le langage juridique clair et la visualisation de l’information juridique.

Concrètement, cela signifie que nous allons concevoir tous nos documents avec une seule chose en tête : le besoin de notre client et la manière d’y répondre au mieux. Rendre le droit clair, accessible et impactant.

Par exemple, sur la même question, nous ne rédigerons pas une consultation de la même façon selon qu’elle est destinée à une direction juridique, un élu ou un chef d’entreprise. Elle sera structurée différemment selon les objectifs de notre client et sa logique ; le contenu sera ajusté à ses besoins, tout comme la rédaction. Nous ne rédigeons pas de la même manière selon que notre interlocuteur est juriste ou non.

Autre exemple, nos formations sur les marchés publics : elles sont conçues avec des techniques innovantes pour créer plus d’impacts, pour rendre les participants acteurs de leur formation.

En parallèle de vos activités d’avocat, vous êtes également formatrice pour Lexclair. Pourriez-vous nous parler cette activité ?

Je transmets ma méthode de legal design aux professionnels du droit. Lexclair a déjà formé à ce jour plus de 1000 juristes et avocats. La méthode Lexclair s’applique à tous les domaines du droit et tous les actes juridiques.

Le droit n’a pas toujours la place qu’il devrait avoir au sein des entreprises et des administrations. La cause réside souvent dans la communication de l’information. Je suis heureuse d’aider des directions juridiques à mieux communiquer avec leurs clients internes, à mieux mettre en valeur leur expertise au sein de leur propre entreprise.

 

L’AVOCAT

La profession d’avocat est vivement critiquée depuis plusieurs années, que ce soit dans le milieu universitaire ou dans les juridictions. Il y aurait trop de « mauvais » avocats, en raison d’un examen trop facile ou d’une vocation qui n’a plus à cœur l’intérêt du justiciable. Pensez-vous que ces critiques sont justifiées ?

 

Le monde change, notre profession doit aussi se réformer.

Concernant les relations avocats/magistrats, il y a d’abord un manque criant d’échanges. Nous sommes tous acteurs du système judiciaire et nous devrions pouvoir réfléchir ensemble à la manière de mieux collaborer aussi bien pour nos intérêts respectifs que pour celui des justiciables. Cela passe d’abord, par une meilleure compréhension des difficultés et des attentes de chacun. Les magistrats demandent plus de concision dans nos écritures ; de notre côté, nous souhaiterions de vrais échanges, des audiences plus dynamiques.

Ensuite, il faut revoir la formation des futures avocats et l’évolution des jeunes lors des premières années de collaboration. Là encore, l’approche de la formation doit être plus holistique et intégrer plus de techniques relationnelles, des modules de soft skills sur l’empathie, l’intelligence émotionnelle, la psychologie …  Le nombre de départs dans les 5 premières années de collaboration est préoccupant. Il doit aussi amener notre profession à repenser l’accompagnement des plus jeunes en le rapprochant du compagnonnage.

Maintenant, il faut aussi être réaliste. C’est un métier passionnant mais il est exigeant et difficile. Et il ne peut pas convenir à tout le monde.

Cette question amène nécessairement à son contraire : selon vous, qu’est-ce qu’un bon avocat ? Quels conseils pourriez-vous donner à nos lecteurs ?

 

Un bon avocat est un couteau suisse : très bon technicien, stratège, entrepreneur, bon manager, une personne curieuse et à l’écoute des besoins de ses clients.

QUESTION CULTURE

Enfin, si vous ne deviez emporter sur une île déserte qu’une œuvre artistique avec vous, qu’elle soit littéraire, musicale ou visuelle, que choisiriez-vous ?

Difficile de choisir… déjà une bonne application de musique, bien fournie et pour optimiser le retour le Personal MBA (Master of business administration) de Josh Kaufman. Ce n’est pas une œuvre artistique mais un concentré de bonnes idées tant en business qu’en développement personnel.

Et pour nos lecteurs, je recommande aussi le livre que je co-écris actuellement avec Fabrice Mauléon : 52 règles de Legal Design ! Il sera disponible d’ici mi-novembre 2022 en ligne sur le site de Lexclair.

 

Ces achats publics innovants font leur entrée dans le code de la commande Publique et deviennent ainsi pérennes

Le décret du 13 décembre 2021  crée un nouvel article : R.2122-9-1 du CCP et met un terme à l’expérimentation prévue par le décret du 24 décembre 2018.

Pour mémoire, voici le mécanisme des achats innovants :

Il est possible de passer un marché public sans publicité ni mise en concurrence préalables pour des achats innovants (travaux, fournitures ou services innovants) et pour un besoin dont la valeur estimée est inférieure à 100 000 €HT.

💡 Qu’entend-on par achats innovants ?

La réponse est donnée à l’article L.2172-3 du CCP sur le partenariat d’innovation : il s’agit de travaux, fournitures ou services nouveaux ou sensiblement améliorés. Le caractère innovant peut consister dans la mise en œuvre :
-de nouveaux procédés de production ou de construction,
-d’une nouvelle méthode de commercialisation
-ou d’une nouvelle méthode organisationnelle dans les pratiques, l’organisation du lieu de travail ou les relations extérieures de l’entreprise.

🧩L’achat innovant intègre également le mécanisme des petits lots.

 

Quand le besoin est supérieur à 100.000 €HT et qu’il est scindé en lots dont certains correspondent à des achats innovants, l’acheteur peut passer un marché sans publicité ni mise en concurrence préalables pour ces petits lots, si 2 conditions sont réunies :

– Le montant de chaque lot lié à l’achat innovant est inférieur à 80.000 €HT pour les fournitures ou services innovants ou 100.000 €HT pour les travaux innovants ;

– Et le montant du lot ou le montant cumulé de ces petits lots ne dépasse pas 20 % de la valeur totale estimée de tous les lots.

Le nouvel article R.2122-9-1 du CCP rappelle ensuite que « Lorsqu’il fait usage de cette faculté, l’acheteur veille à choisir une offre pertinente, à faire une bonne utilisation des deniers publics et à ne pas contracter systématiquement avec un même opérateur économique lorsqu’il existe une pluralité d’offres susceptibles de répondre au besoin. »

L’obligation de déclaration auprès de l’Observatoire économique de la commande publique, autrefois prévue par le décret du 24 décembre 2018, n’est pas reprise dans le CCP.

🧭 Décret n° 2021-1634 du 13 décembre 2021 relatif aux achats innovants et portant diverses autres dispositions en matière de commande publique, publié aujourd’hui au JO.

⏰ cette modification du CCP entre en vigueur demain le 16/12/21.

 

 

 

marchés publics innovants

Article publié dans Dalloz Actualité le 8 septembre 2021 

 

Le décret n° 2021-1111 du 23 août 2021[1] tire les conséquences de la décision de la CJUE du 17 juin 2021 Simonsel & Well A/S aff C 23/20 sur les accords-cadres et modifie certaines règles concernant les marchés de défense ou de sécurité.

Les accords-cadres devront toujours comporter un maximum en montant ou en quantité

La modification du code de la commande publique ne s’est pas fait attendre.

En juin dernier, la Cour Européenne a en effet considéré que l’acheteur public était tenu de prévoir un montant ou une quantité maximum et qu’une fois cette limite atteinte, l’accord-cadre aura épuisé ses effets.

Le décret modifie donc les articles R.2121-8 et R .2162-4 du Code de la commande publique. L’acheteur public doit fixer un maximum en valeur ou en quantité pour tous les accords-cadres (à bons de commande ou à marchés subséquents). En revanche, il est toujours possible de conclure des accords-cadres sans minimum.

 

Mais l’entrée en vigueur, repoussée au 1er janvier 2022, laisse perplexe

En effet, cette règle s’appliquera aux accords-cadres pour lesquels une consultation est engagée ou un avis d’appel à la concurrence est envoyé à la publication à compter du 1er janvier 2022.

Ce report est d’autant moins compréhensible que dans ses commentaires sur cet arrêt, la DAJ du Ministère de l’économie recommandait aux acheteurs d’appliquer d’ores et déjà cette règle[2].

Le juge n’a d’ailleurs pas attendu pour annuler des procédures de passation pour ce motif. Nous recensons à ce jour deux décisions par lesquelles le juge du référé précontractuel annule la procédure de passation en raison de l’absence de valeur ou de quantité maximum [3]. Le juge des référés s’appuie sur l’arrêt de la CJUE et fait fi de l’entrée en vigueur repoussée du décret du 23 août 2021. Selon lui, cette jurisprudence est immédiatement applicable car la CJUE n’a pas limité dans le temps la portée de sa décision.

Dans ces deux décisions, le juge a également considéré que le requérant était lésé par ce manquements aux règles de publicité et de mise en concurrence.

 

Pourtant, l’existence d’une lésion n’allait pas de soi. Dans son arrêt de juin dernier la CJUE avait considéré que ce manquement était « suffisamment perceptible pour pouvoir être décelé par un opérateur économique qui entendait soumissionner et qui devait, de ce fait, être considéré comme étant averti ».  Mais le juges des référé s’appuie sur les raisons données par la CJUE : ce maximum revêt « une importance considérable pour un soumissionnaire »[4] car c’est sur cette base que ce dernier sera en mesure d’apprécier sa capacité à exécuter les obligations découlant de cet accord-cadre. Le juge des référés national en conclut que faute d’information sur ce maximum le requérant n’a pas pu une présenter une offre adaptée. Et l’argument selon lequel le requérant était l’attributaire sortant et disposait ainsi de suffisamment d’informations, est systématiquement rejeté.

Il faut donc que les acheteurs publics appliquent cette règle dès à présent.

Une mise en pratique qui pose des difficultés car il s’agit d’un changement culturel pour les acheteurs publics

Pour bon nombre de consultations, cette obligation va poser des difficultés. Prévoir une estimation du montant ou des quantités fait déjà souvent l’objet d’âpres discussions en interne entre acheteurs publics et prescripteurs. On peut donc imaginer que fixer une valeur ou une quantité maximale sera parfois une gageure. Car cette règle remet en cause une partie de la souplesse des accords-cadres. Il n’est désormais plus possible de prévoir des achats illimités avec un ou des prestataires pendant une période déterminée. Le maximum est un couperet ; une fois atteint le marché cesse.

Certains seraient alors tentés de « gonfler » ce maximum pour s’assurer une marge de manœuvre durant l’exécution du marché et ainsi faire face à une hausse des besoins. C’est d’ailleurs ce que recommandait la DAJ de Bercy dans sa note sur l’arrêt de la CJUE[5].

Mais c’est une fausse bonne idée.  La CJUE justifie l’obligation de fixer un maximum par le respect des grands principes de la commande publique. En effet, cette information a pour objectif de permettre aux candidats de comprendre la portée des obligations contractuelles mises à leur charge et corrélativement, à l’acheteur public de vérifier que les offres correspondent à ses exigences. Autrement dit, le maximum permet d’apprécier la capacité de l’entreprise à exécuter les obligations découlant du marché. Aussi, en « gonflant » le maximum, les acheteurs publics risquent de dissuader les plus petites entreprises de se présenter ou même d’écarter ou de désavantager ces mêmes entreprises lors de l’analyse des candidatures ou des offres.

Autre effet néfaste de la surestimation du maximum : elle va fausser un certain nombre d’informations et notamment les chiffres de l’observatoire économique de la commande publique (OECP).

 

La passation des marchés de défense ou de sécurité (MDS) est allégée et simplifiée

Les MDS sont des marchés conclus par l’Etat et ses établissements publics qui ont l’un des objets listés à l’article L1113-1 du code de la commande publique. Il s’agit par exemple de la fourniture d’équipements qui sont destinés à être utilisés comme des armes à des fins militaires. Comme ces MDS sont soumis à un régime dérogatoire pour leur passation et leur exécution, le juge veille à leur périmètre. Ainsi, le marché de fournitures de pistolets semi-automatiques lancé par le Ministère de la transition écologique et solidaire pour ses agents de contrôle et de surveillance n’est pas un MDS[6].

Et le décret du 23 août 2021 rend le régime de ces marchés un peu plus dérogatoire aux règles des autres marchés.

En effet, le seuil de publicité et de mise en concurrence passe de 40.000 euros HT à 100.000 euros HT.

L’acheteur pourra également passer un marché sans publicité ni mise en concurrence pour les lots inférieurs à 80.000 €HT si le montant cumulé de ces lots n’excède pas 20 % de la valeur estimée totale des lots[7].

Le décret prévoit également un nouveau cas de marché sans publicité ni mise en concurrence : il s’agit des marchés de fournitures ou de services scientifiques ou techniques. Deux conditions doivent être remplies :

  • Le montant estimé du marché doit être inférieur au seuil de procédure formalisée,
  • et il doit être nécessaire à l’exécution de tâches scientifiques ou techniques sans objectif de rentabilité et spécialisé dans le domaine de la recherche du développement, de l’étude ou de l’expérimentation. Il ne peut pas s’agir de prestations de fonctionnement courant du service[8].

 

Les règles concernant la computation des achats payés par carte achat sont assouplies : le code autorise désormais une vérification a posteriori et par trimestre de la valeur des marchés payés par carte achat[9].

Les règles de publicité pour les procédures adaptées sont également allégées. Désormais, la publication au Bulletin officiel des annonces des marchés publics (BOAMP) n’est plus obligatoire. L’acheteur public choisira librement les modalités de publicités adaptées en fonction des caractéristiques du marché[10].

Dans le but de favoriser l’accès des petites et moyennes entreprises aux MDS, le décret supprime l’obligation de constituer des garanties financières en contrepartie du versement de certaines sommes. Il prévoit également plusieurs mesures d’ordre financier pour le règlement partiel définitif[11].

Ce décret clarifie également la rédaction de certaines règles, notamment celles concernant la fixation des prix définitifs[12].

A l’exception des règles relatives aux maximums pour les accords-cadres (voir ci-dessus), les règles sur ces marchés de défense ou de sécurité s’appliquent aux marchés pour lesquels une consultation est engagée ou un avis d’appel à la concurrence est envoyé à la publication à compter du 26 août 2021.

Sophie Lapisardi, avocat associé, spécialiste en droit public

 

 

[1] modifiant les dispositions du code de la commande publique relatives aux accords cadres et aux marchés publics de défense ou de sécurité

[2] https://www.economie.gouv.fr/daj/consequences-sur-les-accords-cadres-de-larret-de-la-cjue-simonsen-weel

[3] TA bordeaux, ord, 23 août 2021, Sté Coved n° 2103959 et TA Lille, ord, 27 août 2021 SELARL Centaure Avocats, n° 2106335

[4] CJUE du 17 juin 2021 Simonsel & Well A/S aff C 23/20

[5] https://www.economie.gouv.fr/daj/consequences-sur-les-accords-cadres-de-larret-de-la-cjue-simonsen-weel

[6] Conseil d’Etat 18 décembre 2019, Min. de la Transition écologique et solidaire c/ Sté Sunrock n0 431696

[7] Article 2322-14 modifié (article 6 du décret)

[8] Nouvel article R 2322-15 (article 7 du décret)

[9] Nouvel article R.2321-7 créé par l’article 5

[10] Article R.2331-5 modifié (article 9 du décret)

[11] Nouveaux articles R.2391-20-1 et R.2391-20-2 (article 22 du décret)

[12] Article 3

 

 

 

 

Pour ce dernier épisode de la mini-série sur le Legal Design, j’ai invité Sophie Lapisardi, avocate spécialisée en droit public des affaires et qui a mis au point pour ses clients du cabinet LAPISARDI AVOCATS et ses équipes une méthode pour se former au legal design : Lexclair.

Sophie nous explique :

  • pourquoi elle a développé cette expertise de Legal Design,
  • quel a été son premier projet,
  • les opportunités de développer le Legal Design dans les Cabinets d’avocats,
  • la méthode Lexclair qu’elle a créée avec Fabrice Mauléon ,
  • son conseil pour dépasser en douceur les réticences internes,
  • ce que le Legal Design va changer pour la relation client-avocat,
  • en quoi le Legal Design est un levier d’innovation juridique.

Et un message dédié aux étudiants et jeunes juristes en fin d’épisode :)

Bonne écoute !

Références :

Site Cabinet Lapisardi : Cabinet 100% droit public des affaires

Site Lexclair : vous retrouverez les 5 étapes détaillées par Sophie ainsi que les différents modules de formation proposés

Site ACE (Avocats Conseils d’Entreprises)

Pour contacter Sophie : Linkedin

Fabrice Mauléon sur Linkedin

sophie lapisardi avocats et legal design

Nouvel article qui souligne notre pratique du Legal Design. Sophie Lapisardi y explique la méthode mise en place au cabinet, les techniques utilisées, les bénéfices pour nos clients et donne des conseils pour se lancer.

 

« Non, le petit croquis griffonné au stylo sur un coin de feuille lors de votre dernier rendez-vous client ne fait pas de vous un avocat qui manie le legal design. Mais on peut cependant vous reconnaître ce mérite : celui de faire en sorte que vos propos soient compris par votre interlocuteur, « autrement ». C’est sans aucun doute ce qui a poussé Jean-Julien Jarry et Sophie Lapisardi, tous deux avocats, à repenser leur façon de travailler et de communiquer avec leurs clients en utilisant la méthode legal design. Le Village de la Justice leur a demandé de partager leur expérience respective, qui pourraient vous convaincre de transformer le petit croquis du départ en une nouvelle façon d’exercer votre métier »

 

la suite sur le Village de la justice